Il y a trois grandes « familles » de système de vidéo protection :
– L’analogique
– La HDCVI (haute définition)
– L’IP (réseau informatique)

L’analogique (jusqu’à 1000 LTV) n’est pour ainsi dire plus utilisée, sauf pour de la visualisation « basique » sans demande d’identification de personne ou de matériel. La définition reste correcte mais la pixellisation est importante en cas de zoom dans l’image.

La HDCVI est aussi une technologie analogique mais avec beaucoup plus de qualité d’image (jusqu’à 4 Mp) et permet donc un zoom manuel plus important en conservant une bonne qualité d’image. Le rapport qualité/prix est excellent. L’installation reste toutefois limitée à la définition maximum des caméras dans le temps.

L’IP n’est pas « limitée » à la définition maximum actuelle. En effet, si cette dernière augmente, seul le remplacement de la caméra sera nécessaire en cas de nécessité d’augmenter la qualité d’image, sans changer le câblage.

Dans un cas comme dans l’autre, nous créons un réseau indépendant et ne nous servons pas du réseau informatique existant (ralentissement des flux car les images sont très gourmandes en bande passante).

Les installations peuvent aussi bien être réalisées chez des professionnels que chez des particuliers.

Toutefois, certaines règles sont à respecter :

Installation chez les particuliers : (*)
– Il est interdit de filmer en dehors de sa propriété (voie publique, voisin, …)
– La loi prévoit une déclaration à la CNIL en cas de présence d’employé (femme de ménage, …) chez le particulier

Installation dans des lieux non ouvert au public (immeuble avec interphone, digicode, …) : (**)
– Les caméras peuvent filmer les communs (parking, local vélos ou poussettes, hall d’entrée, portes d’ascenseur, cour) sauf :
– La voie publique ou les propriétés voisines
– Les lieux considérés comme privés (portes d’appartements, balcons, terrasses, …). Dans ce cas-là, une déclaration à la CNIL est nécessaire.

Installation dans les entreprises non ouvertes au public : (***)
– Les caméras peuvent tout visionner sauf (respect de leur vie privée) :
– La voie publique ou les propriétés voisines
– Les employés sur leur poste de travail, sauf circonstances particulières (manipulation d’argent par exemple, stockage de biens de valeurs où travaillent des manutentionnaires, …).
Les zones de pause ou de repos, les toilettes, les douches, les vestiaires, …. Toutefois, si des dégradations sont commises sur des distributeurs automatiques alimentaires (par exemple), les caméras ne doivent filmer que ces derniers et pas toute la pièce.
Les locaux syndicaux ou des représentants du personnel, ni leur accès si celui-ci ne mène qu’à ces seuls locaux.

Installation dans les lieux ouverts au public (commerce, immeuble sans verrouillage de la porte d’entrée, administrations, …) : (****)
– Les caméras peuvent tout visionner sauf (respect de leur vie privée) :
– Les cas ci-dessus
– L’intérieur des cabines d’essayage ou les toilettes.

Dans tous les cas une information visible doit être apposée
Le secteur est en plein essor technologique et offre de multiples possibilités de surveillance (tracking, reconnaissance de plaque d’immatriculation, reconnaissance faciale, …).
La vidéo peut venir en complément d’un système d’alarme anti-intrusion mais ne peut en aucun cas le remplacer, et vice versa.

Liens utiles :
(*) https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/_videosurveillance_chez_soi.pdf
(**) https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/videosurveillance_immeubles_habitation.pdf
(***) https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/_videosurveillance_au_travail.pdf
(****) https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/_videosurveillance_commerces.pdf
https://www.cnil.fr/fr/videosurveillance-videoprotection-les-bonnes-pratiques-pour-des-systemes-plus-respectueux-de-la-vie
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2517
Formulaire CERFA 13806*03 : https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_13806.do